Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La confusion vient du manque de conscience spirituelle. Quand on ne croit plus en Dieu, en l'existence de l'âme, on est perméable à la confusion. Le pragmatisme, la raison s'effacent au profit de l'idéologie. Les idéologues sont comme les religieux extrémistes, de quelques religions que ce soit

texte de sri hans Yoganand sur la spiritualité, le racisme, le wokisme et l'islamisme.
On peut avoir peur des étrangers sans les considérer comme inférieurs

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

Le blog où se trouvent les satsang est ici

 

 

English text following

 

 

 

 

 

Ce qui caractérise bien une conscience « de surface », c'est la confusion. Qu'est-ce que la confusion ? Quand on ne sait plus ce qu'est le bien et le mal, que l'on ne peut pas dire, d'une personne, si elle est un homme ou une femme, que l'on affirme qu'il n'est pas nécessaire d'être un homme pour être père, que l'on confond racisme, xénophobie et islamophobie, c'est le signe d'une grande confusion.

 

 

À l'intention de ceux pour qui ma parole a quelque importance, je propose un petit lexique avec quelques explications claires.

 

 

 

Racisme, etc

 

 

 

Racisme : Idéologie affirmant qu’il existe différentes races de l'espèce humaine et qui établit une hiérarchie, une échelle de valeurs entre elles. Certaines races seraient supérieures à d'autres.

 

 

Racialisme : Courant de pensée considérant qu'il y a différentes races, dans l'espèce humaine, mais n'établissant pas de hiérarchie entre elles.

 

 

Xénophobie : Peur de ce qui est étranger. Un xénophobe n'est pas forcément raciste. Une personne peut avoir peur de l'étranger, sans pour autant se considérer supérieur à lui, ni avoir de mépris pour lui.

 

 

Dans les villages, un étranger peut être l'habitant d'un village voisin, d'une grande métropole régionale. Dans les Landes de Gascogne, par exemple, les habitants de Bordeaux sont surnommés les « doryphores » par les habitants des petits villages de la haute lande.

 

 

J'ai connu, dans le beaujolais, au bois d’Oing, une femme de vigneron, originaire de Lyon, ville distante d'une quarantaine de kilomètres, mariée depuis vingt ans, mère de trois enfants et membre du conseil municipal, que les habitants du village surnommaient « l'étrangère ».

 

 

Quand j'étais enfant, on se moquait des Italiens, des Espagnols et des Polonais, les surnommant les « ritals », les « espingouins » et les « polacks », sans compter les « portos » ou portugais. On ne peut pourtant pas les considérer comme appartenant à une race autre que la nôtre, ni même à une religion autre.

 

 

Racisme anti Juifs : Un juif est le croyant de la religion hébraïque ou juive. Il s'agit de religion, pas de race. Il existe plusieurs types de juifs. Il y a ceux originaires d'Afrique du Nord, ceux qui viennent d'Europe de l'Est et même des juifs noirs. Une personne n'aimant pas les juifs est anti-sémite, pas raciste. Elle peut être les deux, ce n'est pas incompatible, comme on peut être raciste et non anti-sémite !

 

 

 

La faute des blancs

 

 

 

On dit que seuls les blancs sont racistes, qu'un noir ou un Arabe ou un Maghrébin ne peut pas être raciste. Cependant, je connais des Algériens, des Marocains racistes vis-à-vis de leurs compatriotes à la peau plus sombre. Les hutus, du Rwanda, ont tué un million de tutsis. Était-ce du racisme ? De la xénophobie ? Simplement de la politique ? N'y a-t-il pas d'Arabes racistes envers les noirs ?

 

 

On parle de la faute originelle des blancs, que seraient le colonialisme et l'esclavagisme. C'est faire preuve d'ignorance que de dire cela. Dans l'histoire du monde, le colonialisme et l'esclavagisme ont existé partout sur Terre et tous les peuples s'en sont rendus coupables. Les forts dominaient les plus faibles et les envahissaient, les soumettant souvent.

 

 

Amour de son pays et de sa culture : une personne qui aime d'amour son pays et sa culture, est-elle raciste ? Xénophobe ? D’extrême droite ? Fasciste ? Les personnes d'extrême gauche ou autres mondialistes, considérent que l'humanité ne forme qu'un tout indifférencié et prônent la fin des frontières et le métissage.

 

 

Ces personnes considèrent les amoureux de la France, par exemple, comme racistes et d'extrême droite, ce qui, à leurs yeux, les disqualifie et les rend inaudibles, hors du champ démocratique. Je pense que cette stigmatisation est malhonnête et affaire politicienne liée à l'électoralisme.

 

 

On pourrait dire que ces partisans de l'inclusion excluent et stigmatisent ceux qui ne pensent pas comme eux.

 

 

 

Islamisme

 

 

 

Islamophobie : Peur de l'islam. Ce mot est une invention des partisans du métissage et de l'inclusion. Ils confondent la méfiance vis-à-vis de l'islamisme et celle vis-à-vis des musulmans. Il n'est pas impossible que cette confusion soit feinte et que des raisons purement électorales soient à la manœuvre. Peut-être existe-t-il des personnes islamophobes, qui ont peur de l'islam. Il y a bien des personnes qui ont peur des papillons !

 

 

Islam, islamisme : l'islam est une religion. L'islamisme, un courant politico-religieux inspiré par une interprétation littérale du Coran et des hadiths (paroles du prophète). L'islamisme, des frères musulmans et d'autres groupes radicaux, cherche à dominer le monde.

 

 

Il est en guerre contre le christianisme. Il se sert des faiblesses des démocraties occidentales, de la liberté d'expression, de la laïcité et des jeunes idéalistes wokes et gauchistes, pour faire de l'entrisme et prendre le pouvoir par les voies démocratiques comme, selon eux, le Coran le leur ordonne.

 

 

Une personne qui s'est rendu compte de ce fait et qui cherche à lutter contre sera taxée de fascisme, d'islamophobie, alors qu'elle parle uniquement des extrémistes, pas des musulmans tranquilles. Les islamistes se servent, à leur insu, des musulmans tranquilles, comme troupe d'appoint, dans leur lutte contre le christianisme et du port du foulard, par des femmes non-prosélytes, comme marqueur de l'islam, petit rappel "publicitaire" destiné à habituer les esprits.

 

 

Avant les années 80, quand une personne musulmane pieuse décédait, sa famille faisait rapatrier son corps, pour qu'il soit enterré en "terre d'islam", comme l'ordonne la religion. Depuis un moment, les musulmans français se font enterrer, pour la plupart, en France. Serait-ce parce que la France, à leurs yeux, serait devenue terre d'islam ?

 

 

Plus l'occident se déchristianise et plus l'islamisme se propage. La nature a horreur du vide. Un pays qui ne se dit pas chrétien et qui soutient la liberté de culte, ouvre ses portes à ceux qui se disent musulmans. L'islamisme, en France, a mis en place une plate-forme téléphonique pour favoriser les conversions à l'islam. Si l'Église catholique faisait pareil, on entendrait crier dans le Lenderneau.

 

 

En région parisienne, une commune importante, a tout son conseil municipal, dont évidemment le maire, composé exclusivement de personnes musulmanes, dont les noms sont maghrébins. Il n'y a pas une seule personne blanche, au nom européen et qui puisse être rattaché, d'une façon ou d'une autre, au christianisme. J'imagine qu'il doit rester des habitants non musulmans et non d'origine africaine, mais ils ont été effacés, démocratiquement, puisque la majorité a voté pour une liste dont ils étaient absents.

 

 

Cette situation est légale : ces élus sont de nationalité française, que ce soit par naturalisation ou de naissance et, comme cette ville a un nombre important de ses habitants musulmans et originaires d’Afrique, pour peu qu'il y ait une abstention importante et que les musulmans se soient mobilisés, ils ont gagné les élections. C'est ça la laïcité à la française : on ne s'occupe pas de la confession des gens. Les islamistes s'en occupent, eux !

 

 

Sûrement que l'islam, le burkini dans les piscines, le voile dans le sport, les cantines scolaires hallales, les commerces hallals, les mosquées, les cours d'arabe dans les écoles seront favorisés. On verra bien. Si d'autres villes prennent ce chemin, le grand remplacement sera un fait et plus une théorie complotiste d'extrême droite. Mais, répondront les universalistes, ce sont des Français ! Quand la France sera un pays musulman, elle sera toujours la France, mais qu'en sera-t-il de notre culture ? De nos mœurs ? De nos us et coutumes ? De notre langue ? De notre gastronomie, du statut des femmes ? De l'enseignement ?

 

 

 

Amour du pays

 

 

 

Alors les wokes se mordront les mains, car l'islamisme n'aime pas les homosexuels, les transgenres, la liberté d'expression, l'égalité des femmes et des hommes, la parité et toutes ces choses. Cela dit, il faut bien remarquer que les wokes, les universalistes, les gauchistes n'aiment pas la liberté de s'exprimer, parce que dès que l'on exprime une opinion non orthodoxe, on est « cancelled » ou effacé, vilipendé, insulté, traité de nazi, de fasciste, de nationaliste rabougri.

 

 

C'est ça la confusion. Elle a son origine dans le manque de conscience spirituelle. Quand on ne croit plus en Dieu, en l'existence de l'âme, on est perméable à la confusion. Le pragmatisme, la raison s'effacent au profit de l'idéologie. Les idéologues sont comme les religieux extrémistes, de quelques religions que ce soit : ils ne voient pas la réalité, mais à travers le filtre de leurs concepts.

 

 

On peut aimer son pays, ses traditions, savoir que l'Islamisme est en guerre contre nous et aimer les populations et la culture d'autres pays. Vouloir protéger son héritage culturel n'empêche pas d'être ouvert au monde. Ceux qui disent le contraire sont des personnes aveuglées par leur idéologie ou de mauvaise foi. Le nationalisme ukrainien est à la mode, pourtant les Russes disent qu'il est motivé par le nazisme... ça me rappelle quelque chose ! Pour ma part, j'ai vécu en Inde des années, au sein d'un ashram. J'ai épousé une femme du Maghreb, avec qui j'ai eu deux enfants et j'aime mon pays.

 

 

J'aime le Maroc, sa culture, ses habitants, sa cuisine, sa lumière et je voudrais y vivre. Cependant, j'aime la France, sa littérature, sa culture, sa langue, alors ? Suis-je raciste ? Non, car je sais qu'il n'existe qu'une espèce ; l'espèce humaine et je considère l'âme des gens. Une âme est une âme. Des pratiquants de La Voie vivent en Afrique noire, en Inde, en Asie, en Amérique, en Europe. Pourtant, je sais les différences culturelles qu'il y a dans le monde et qu'elles font sa richesse !

 

 

J'aime les Indes et pourrais y vivre toute l'année. J'aime aussi la France, pays où je suis né, où mes parents sont nés, où j'ai reçu mon éducation et j'y vis toute l'année et quand je rencontre une personne, je ne la juge pas. Pour moi, elle a une âme, comme la mienne. Je sais aussi ce qu'est une âme, puisque je fréquente l'essence de toutes les âmes, dans ma pratique quotidienne de La Voie, depuis 1975. J'initie qui me le demande et je ne lui demande aucune justification, ni condition.

 

 

Pourtant, ça ne m'empêche pas de voir la guerre que l'islamisme nous fait et les dérives qu'il génère dans nos pays. Si personne (parmi nos dirigeants) ne s'en rend compte, on aura perdu du temps et nos sociétés toute cohésion. Notre culture, qui en vaut bien d'autres, disparaîtra. Les autres cultures sont belles, mais pourquoi sacrifier la nôtre ?

 

 

Cessez de tout mélanger, méfiance contre l'islamisme et islamophobie, racisme, amour du pays, nationalisme et fascisme. Si vous prônez la liberté de penser et de s'exprimer, n'empêchez pas ceux qui ne pensent pas comme vous de s'exprimer.

 

 

Cette existence est provisoire et que le plus important est l'approfondissement de sa conscience. Pendant le temps que dure notre existence ici-bas, s'occuper des choses de notre monde fait partie de la vie en spiritualité. Dans la sadhana (ensemble de ce qui fait une pratique) de La Voie, un des quatre piliers (agya), les « angas », parle de s'investir dans la vie de la cité (comme disent les francs-maçons). Ce n'est pas pour ça qu'il faut oublier l'essentiel : la conscience du Saint-Nom.

 

 

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable.

Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

 

 

 

Racism and Islamism

 

 

 

What characterises a «superficial» consciousness is confusion. What is confusion? When one no longer knows what is right and wrong, which one cannot say, about a person, whether he or she is a man or a woman, when one says that it is not necessary to be a man to be a father, when one confuses racism, xenophobia and Islamophobia, It’s a sign of great confusion.

 

 

For those for whom my word is important, I propose a small lexicon with some clear explanations.

 

 

 

Racism, etc

 

 

 

Racism: Ideology affirming that there are different races of the human species and that establishes a hierarchy, a scale of values between them. Some races would be superior to others.

 

 

Racialism: Current of thought considering that there are different races, in the human species, but not establishing a hierarchy between them.

 

 

Xenophobia: Fear of what is foreign. A xenophobic is not necessarily racist. A person may be afraid of the foreigner, but not consider himself superior to him, nor have contempt for him.

 

 

In the villages, a foreigner may be the inhabitant of a neighbouring village, of a large regional metropolis. In the "Landes de Gascogne", for example, the inhabitants of Bordeaux are nicknamed «doryphores» by the inhabitants of the small villages of the "haute Lande".

 

 

In Beaujolais, in "Bois d'Oing", I met a winegrower’s wife from Lyon, a town about 40 kilometers away, who has been married for twenty years, a mother of three children and a member of the municipal council, whom the inhabitants of the village called “the foreigner”.

 

 

When I was a child, Italians, Spaniards and Poles were mocked, “Ritals”, “espingouins” and “polacks”, not to mention “portos” or Portuguese. Yet they cannot be regarded as belonging to a race other than our own, or even to another religion.

 

 

Anti-Jewish Racism: A Jew is the believer of the Hebrew or Jewish religion. It’s about religion, not race. There are many types of Jews. There are those from North Africa, those from Eastern Europe and even black Jews. A person who doesn’t like Jews is anti-Semitic, not racist. It can be both, it is not incompatible, as one can be racist and not anti-Semitic!

 

 

 

The fault of the whites

 

 

 

It is said that only whites are racist, that a black or an Arab or a Maghrebin cannot be racist. However, I know Algerians, racist Moroccans againts their darker-skinned compatriots. Hutus from Rwanda killed a million Tutsis. Was that racism? Xénophobia ? Just the politic ? Aren’t there Arabs who are racist towards black people?

 

 

We are talking about the original fault of white people, colonialism and slavery. To say that is to be ignorant. In the history of the world, colonialism and slavery have existed everywhere on Earth and all peoples have been guilty of it. The strong dominated the weak and invaded them, often subjugating them.

 

 

Love of Country and Culture: Is a person who loves his country and culture racist? Xénophobe ? From extreme-right wing ? Fascist ? People of the extreme left or other globalists, consider that humanity forms only an undifferentiated whole and advocate the end of borders and the interbreeding.

 

 

These people consider the lovers of France, for example, as racist and from extreme-right, which, in their eyes, disqualifies them and makes them inaudible, out of the democratic field. I think this stigma is dishonest and a political affair linked to electioneering.

 

 

It could be said that these advocates of inclusion exclude and stigmatize those who do not think like them.

 

 

 

Islamism

 

 

 

Islamophobia: Fear of Islam. This word is an invention of the proponents of interbreeding and inclusion. They confuse mistrust of Islamism and mistrust of Muslims. It is not impossible for this confusion to be feigned and for purely electoral reasons to be used. Perhaps there are Islamophobic people who are afraid of Islam. There are many people who are afraid of butterflies!

 

 

Islam, Islamism: Islam is a religion. Islamism, a political-religious current inspired by a literal interpretation of the Koran and the hadiths (words of the prophet). Islamism, Muslim brotherhood and other radical groups, seek to dominate the world.

 

 

It’s at war with Christianity. It is using the weaknesses of western democracies, freedom of expression, secularism, and the woke and leftist idealist youth to enter and take power through democracy, as they say the Koran commands them to do.

 

 

A person who realizes this fact and who seeks to fight against it will be taxed with fascism, Islamophobia, when he is talking only about extremists, not quiet Muslims. The Islamists use, unbeknownst to them, quiet Muslims, as a backup troop, in their struggle against Christianity and the wearing of the headscarf, by women who are not involved, as a marker of Islam, a small "publicity" reminder intended to accustom minds.

 

 

Before the 1980s, when a pious Muslim person died, his family had his body repatriated, so that he could be buried in the "land of Islam", as the religion dictates. For some time now, French Muslims have been buried, for the most part, in France. Is it because France, in their eyes, has become the land of Islam?

 

 

The more the West dechristianizes itself, the more Islamism spreads. Nature hates a vacuum. A country that does not call itself Christian and supports freedom of worship opens its doors to those who call themselves Muslims. Islamism, in France, has set up a telephone platform to promote conversions to Islam. If the Catholic Church did the same, that would make the yokels sit up.

 

 

In the Paris region, an important municipality has its entire municipal council, including, of course, the mayor, composed exclusively of Muslim people, whose names are Maghreb. There is not a single white person, in the European name, who can be connected, in one way or another, to Christianity. I imagine that there must remain non-Muslim and non-African inhabitants, but they have been erased, democratically, since the majority voted for a list from which they were absent.

 

 

This situation is legal: these elected officials are of French nationality, whether by naturalization or by birth and, as this city has a large number of its Muslim inhabitants and originating from Africa, if there is a significant abstention and the Muslims have mobilized, they have won the elections. That’s what French secularism is: we don’t deal with people’s confession. The Islamists are in charge!

 

 

Surely Islam, the burkini in the pools, the veil in the sport, the hallal school canteens, the hallal shops, the mosques, the Arabic classes in the schools will be favored. We’ll see. If other cities take this path, the big replacement will be a fact and not an extreme right conspiracy theory any more. But, will answer the universalists, they are French! When France is a Muslim country, it will always be France, but what about our culture? About our mores ? Of our ways and customs? Of our language? Of our gastronomy, the status of women? Of teaching?

 

 

 

Love of the country

 

 

 

Then the wokes will bite their hands because Islamism does not like homosexuals, transgendered people, freedom of expression, equality of women and men, parity and all those things. Having said that, it should be noted that the wokes, the universalists, the leftists do not like the freedom to express itselfs, because as soon as one expresses an unorthodox opinion, one is “cancelled” or erased, vilified, insulted, called a Nazi, fascist, stunted nationalist.

 

 

This is the confusion. It has its origin in the lack of spiritual consciousness. When one no longer believes in God, in the existence of the soul, one is open to confusion. Pragmatism and reason disappear in favour of ideology. Ideologists are like extremist religious, of any religion: they do not see reality, but through the filter of their concepts.

 

 

We can love our country, our traditions, know that Islamism is at war with us and love the people and culture of other countries. Wanting to protect one’s cultural heritage does not prevent one from being open to the world. Those who say the contrary are people blinded by their ideology or in bad faith. Ukrainian nationalism is fashionable, yet the Russians say it is motivated by Nazism... it reminds me of something! For my part, I lived in India for years, in an ashram. I married a woman from the Maghreb, with whom I had two children and I love my country.

 

 

I love Morocco, its culture, its people, its cuisine, its light and I would like to live there. However, I love France, its literature, its culture, its language, then? Am I a racist? No, because I know that there is only one species; the human race and I consider the soul of people. A soul is a soul. Practitioners of the Path live in Black Africa, India, Asia, America, Europe. Yet, I know the cultural differences that exist in the world and that they make its richness!

 

 

I love India and could live there all year. I also love France, the country where I was born, where my parents were born, where I received my education and I live there all year round, and when I meet someone, I don’t judge them. For me, he/she has a soul, like mine. I also know what a soul is, as I have frequented the essence of all souls in my daily practice of The Path since 1975. I initiate who asks me and I ask him no justification, no conditions.

 

 

However, that does not prevent me from seeing the war that Islamism is waging against us and the abuses it is generating in our countries. If no one (among our leaders) realizes this, we will have wasted time and our societies all cohesion. Our culture, worth many others, will disappear. Other cultures are beautiful, but why sacrifice ours?

 

 

Stop mixing everything, mistrust of Islamism and Islamophobia, racism, love of country, nationalism and fascism. If you advocate the freedom to think and express yourself, do not prevent those who do not think like you to express themselves.

 

 

This existence is temporary and that the most important is the deepening of his consciousness. During the time of our existence here below, taking care of the things of our world is part of life in spirituality. In the sadhana (all of what makes a practice) of The Path, one of the four pillars (agya), the «angas», speaks of investing in the life of the city (as the Freemasons say). This is not why we must forget the essential: the consciousness of the Holy Name.

 

 

 

 

Tag(s) : #islam, #islamisme, #wokisme, #spiritualité, #LaVoie, #HansYoganand, #racisme, #confusion

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
"s0RfqIbgj5o3BceMlkFfuJbs-HedVll0E_