Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le yoga n'est pas une gymnastique. C'est un état de conscience atteint quand le mental est au repos que l'âme maîtrise ses émotions et les pensées. Ce mot de « yoga » a été donné, par extension, aux pratiques destinées à rassembler sa conscience dispersée.

Texte de sri hans Yoganand ji sur la psiritualité, La Voie et le yoga, la méditation, le bonheur.
Le yoga est un état de conscience. Le jnana-yoga, le hatha-yoga, le raja-yoga sont des pratiques

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

Le blog où se trouvent les satsang est ici

 

Autre texte sur le yoga

 

 

 

 

 


 

Le yoga n'est pas une gymnastique. C'est un état atteint quand le mental est au repos. Ce mot de « yoga » a été donné, par extension, aux pratiques destinées à rassembler sa conscience dispersée en son propre centre. Certains se posent cette question : « qui sommes-nous ? » Une des réponses est qu’il y a en nous de nombreuses composantes, toutes utiles et interdépendantes.


 

 

Ranger les gens

dans des boites

 


 

Une personne se présente au regard des autres d’abord par son aspect physique, ensuite il y a ses vêtements, puis l’intonation de sa voix et son regard, ses gestes et postures. En général, on range vite les gens dans des boites. Les physionomistes de certaines boutiques de luxe, ou hôtels, casinos, ont tôt fait d’avoir une opinion sur quelqu’un selon ses chaussures, ses mains, sa coiffure, ses vêtements et son allure générale.


 

Définir une personne exclusivement par ces critères serait par trop réducteur et faux : une personne n’est pas seulement définie par son aspect physique. Ce qui fait une personne, mis à part son corps, c’est son esprit. Le mental est très complexe et difficilement descriptible. Dans le mental il y a les « drivers » pour faire fonctionner les grands systèmes du corps. Il y a aussi la mémoire à court et à moyen terme, où sont toute notre existence, nos amis, les événements traumatisants et fondateurs qui nous sont arrivés, ce que l’on a appris, notre personnalité, comment marcher, etc.

 


 

Il y a aussi l’âme

 


 

D’autres pensent qu’il y a aussi l’âme qui serait notre vrai « soi ». Elle serait celui (ou celle) qui ne change pas, de notre venue sur Terre à notre départ. Ainsi l’enfant que nous étions, puis le préado, l’ado, le jeune homme, la jeune femme, l’homme, la femme d’âge mûr, puis le vieillard ne seraient qu’une seule et même personne, seuls le corps et le mental changeant. L’âme, elle, resterait la même du début à la fin de l’existence et nous identifierait au-delà des apparences et des circonstances.

 


 

L’ego

 


 

À l’intérieur de nous ne sont pas que l’âme et le mental : il y a aussi l’ego. Il n’est pas le méchant que beaucoup croient. Il a été donné à l’âme pour qu’elle puisse dire « je » de même que « oui », « non », pour qu’elle ait le libre-arbitre. L’âme et l’ego unis forment le Témoin ou conscience. Le « méchant », le vaniteux est le faux-ego (voir la Bhagavad-Gîtâ et le Bhaktimàrga), et encore : il n’est pas là pour rien et il n’est que l’absence de conscience juste. L’âme est liée à l’ego comme la mousse et l’algue sont liées pour former le lichen, chacun est utile à l’autre et les deux ne forment plus qu’une entité.


 

Le yoga est avant tout une façon de vivre en entier avec son corps, son esprit et son âme, en toute conscience. Si vous cherchez des yogas sur la toile, vous en trouverez beaucoup. Ce nom a été donné à toutes sortes de pratiques, allant du mysticisme le plus profond à l’exercice de fitness à la mode. La Voie n’est pas un yoga, en tout cas pas comme on l’entend en occident. Elle est avant tout une façon de vivre, une pratique, une sadhana mettant la conscience en premier à travers l’Observance d’une sadhana (ensemble de pratiques).

 


 

Le yoga,

c'est d’être uni

en son centre

 


 

Le mot yoga (prononcer youga) : avant le huitième siècle de notre ère ce mot voulait dire « liberté », « libération », « repos ». Depuis un moine errant, Adi Shankara*, au huitième siècle de notre ère, il signifie « union », « unité », en parlant de l’union de l’âme et de Dieu, pour certains et pour d’autres ; de la conscience et de la paix qu’il y a en nous.

 

* Adi Shankara: était un moine errant, un des plus célèbres maîtres spirituels que l’Hindouisme revendique, même s’il était plus apparenté au védisme, via le yoga. Son maître était Govindanàtha et le maître de Govindanàtha était Gaudapàda. Le maître de Gaudapàda était Patanjali (non pas le grammairien sanskrit, mais le maître d’œuvre du Yogasûtra, l’initiateur de sa rédaction. La Voie a produit sa propre traduction du Yogasûtra.)

 

 

Nous avons un centre et il y règne la paix. En dehors tout bouge, tourne, s’éloigne, se mélange, glisse, se sépare. En ce centre rien ne bouge, tout est toujours pareil, paisible et sûr, comme l’axe d’une roue qui tourne sans cesse. Éloignez-vous du centre et vous serez emporté par la force centrifuge. Plus vous vous en éloignerez et plus la force qui vous emportera, sera grande. Le yoga, c'est la réunion de la conscience dispersée. Quand elle se réunit autour de son « noyau » la perception de la vie, du monde devient claire. N’oubliez pas que la racine sanskrite du mot yoga signifie « repos ».


 

Il vous est arrivé, il vous arrive et il vous arrivera encore d’être en ce centre, au détour d’une activité qui demande toute votre attention. Vous avez eu de ces instants privilégiés où vous étiez en paix, sereins. Vous ressentiez, alors, un sentiment de plénitude qui vous rendait heureux. C’est pour ça que certains privilégient ce type d’occupations, celles qui demandent toute leur attention.


 

La pratique approfondie d’une spiritualité fait peur, parfois, tant elle ressemble à une religion. La Voie n’est pas une religion et elle est destinée à tout le monde pourvu que vous ayez soif de vérité et de paix. Après il reste la polémique à propos de la vérité. Il faut toujours rajouter, quand on ose parler de vérité, que oui, il existe des vérités individuelles, autant que d’individus, et qu’elles sont respectables, pour autant qu’elles ne contreviennent ni aux lois ni aux libertés des autres. Mais, ces libertés individuelles n’empêchent pas la vérité universelle d’exister, il n’y a pas incompatibilité.


 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable. Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

Tag(s) : #yoga, #spiritualité, #lavoie, #méditation, #bonheur, #liberté, #repos

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
"s0RfqIbgj5o3BceMlkFfuJbs-HedVll0E_