ob_5f8ab8_bebe-beatitude-spiritualite-lavoie

La question

Une question revient régulièrement dans les échanges que j’ai avec des aspirants à la Révélation et je me suis aperçu que je ne pouvais pas donner de lien vers un texte qui réponde à cette question :

« Comment expliquer que les petits enfants sont souvent des exemples de simplicité, de vérité tandis que les adultes semblent avoir perdu leur innocence » ou, sous une autre forme « Que se passe-t-il dans la tête des humains quand ils grandissent ».

C’est pourquoi j’ai écrit ce texte. Il faut bien avouer qu’il y a de quoi se la poser cette question, au spectacle du monde vu à travers les écrans des actualités. Alors ? Quelle est la cause de cette différence entre les petits enfants et les adultes ? Où vont l’innocence, la simplicité, la gentillesse, la tendresse, l’amour qu’il y a en l’être-humain, quand il est petit, et qu’il grandit ? Est-ce que cette belle tournure d’esprit disparaît avec le temps ? Non, je sais que non car il existe une quantité innombrable d’êtres humains adultes qui ont gardé cette gentillesse, cette simplicité, cet amour, cette générosité, mais il est vrai qu’on n’en parle pas beaucoup sur les médias et que ça ne se voit pas forcément sur le visage.

Je regarde en moi et vois que l’amour, la gentillesse, la générosité, la simplicité y sont présents et je suis adulte ! Donc j’en conclus que ce doit être le cas chez beaucoup d’autres gens, voir chez la majorité des gens mais combien de personnes, sur Terre, je connais ? Et combien de personnes je connais suffisamment pour être capable de dire ce qu’elles ont en elles ? Mis à part la paix et l’amour, que je sais être universels, parce que venus du Saint-Nom (Force active de Dieu). Alors c’est entendu, le fond de simplicité et d’amour, de gentillesse des petits-enfants ne disparaît pas chez l’adulte, alors, qu’est-ce qui se passe chez l’Homme quand il grandit ?

La béatitude du Royaume

Quand l’âme vient de s’incarner elle est encore baignée dans la béatitude du Royaume. Qu’est-ce que ça signifie ? Il vous faut savoir ce que j’entends quand j’écris le mot « Royaume »…j’écris Royaume pour parler de Dieu. Les taoïstes disent « Tao ». C’est le Tout, l’infinie Unité. La béatitude est le bonheur, la satisfaction que donne la conscience du Royaume. L’âme, vient du Royaume pour s’incarner dans l’enfant que la maman porte dans son ventre. Quand il naît il reste encore baigné dans cette béatitude. Il n’y a qu’à regarder ces sourires qu’ont souvent les bébés quand ils dorment pour entrevoir ce que je veux dire. Ensuite le bébé grandit.

En grandissant ses sens se développent, d’abord l’ouïe, puis la vue, puis le toucher qui se perfectionne en même temps que sa capacité à explorer son entourage par la maîtrise de son corps, de ses gestes et de ses déplacements. Plus ses sens se développent, plus sa curiosité le pousse vers le monde qui l’entoure. Il va ainsi, grandissant au fil des mois et des années, de plus en plus porté vers l’extérieur, de moins en moins vers l’intérieur. La paix, l’amour, la simplicité de l’âme sont à l’intérieur, c’est là qu’il faut aller pour les trouver. Si on tend vers l’extérieur, vers les sens tournés vers l’extérieur, on perd la conscience de l’intérieur.

A partir de six ans

Jusqu’à l’âge de six ans, à peu près, l’enfant a encore de cette paix, de cette simplicité. Le bébé vit dans l’instant présent…et plus il grandit, plus il va dans le monde des sens tournés vers le dehors, plus il a un emploi du temps, à l’école par exemple et un calendrier, avec les vacances scolaires, les mercredis, les fins de semaines, et plus il s’éloigne de l’instant présent. Il commence à se projeter au dehors et plus tard : « Quand je serai grand ! », il s’éloigne de l’instant présent. Mais la vérité de la vie est dans l’instant et plus on s’en éloigne moins on la vit.

L’enfant grandit et va à l’école où il apprend des choses, des mots et la manière d’en faire des phrases et puis des vérités républicaines enseignées dans les cours d’histoire et de géographie. Avec les connaissances intellectuelles viennent les concepts, les avis que l’on a sur les choses et les gens, la vanité et toutes sortes de choses que l’on sait. Plus l’enfant grandit plus il devient adulte. Le fond de l’âme est toujours la paix, la simplicité et l’amour mais l’individu, en grandissant, s’identifie de moins en moins à l’âme, dans l’instant présent, et de plus en plus aux connaissances apprises, aux conditionnements, à l’atavisme, aux pensées, à la personnalité, au mental. C’est ainsi qu’il perd la conscience de la paix, de l’amour, de la simplicité. Pour les retrouver ça demande un travail que peu de gens font.

A partir de l’âge de raison, plus ou moins sept ans, l’enfant s’éloigne de l’innocence, de la béatitude, de l’instant présent et empile des tas de choses dessus jusqu’à ce qu’elle disparaisse au regard de la conscience. Voilà ce qui se passe quand l’Homme grandit.