vrai-bonheur,lavoie,spiritualite

Le vrai but de la vie n’est pas d’être heureux grâce aux êtres, aux choses et aux événements que propose l’existence matérielle, même si c’est mieux d’être heureux que malheureux. En même temps ça ne veut pas dire qu’il est interdit d’être heureux par l’amour humain ou grâce à une situation satisfaisante !

La notion du bonheur, dans nos pays riches et démocratiques, est souvent celle d’un enfant capricieux et jaloux d’une illusoire liberté et d’un accomplissement familiale, social et financier qui, s’ils sont (ces accomplissements) agréables et gratifiants ne sont pas le véritable but de la vie.

 –

Si je me fie aux enseignements de La Voie je ne peux que vous conseiller de vous occuper en premier du véritable but de la vie. Vous pouvez, en même temps, viser d’autres objectifs, comme de vivre à deux, d’avoir des enfants, une maison et de lutter pour sauver la bio-diversité. S’occuper du bonheur venu de la « sphère » spirituelle n’est pas incompatible avec tendre vers le bonheur « matériel » et sentimental.

Pour simplifier à l’extrême je veux vous dire que le vrai but de la vie est de remettre à la bonne « place » votre conscience, c’est-à-dire de vous identifier à votre vrai « soi ». En vérité ce n’est pas le but, pas encore, mais c’est déjà le moyen de l’atteindre. Une fois que votre conscience ne se prendra plus pour le mental, la personnalité, le corps, vos opinions vous pourrez vivre votre existence comme il a été prévu que vous la viviez, en toute conscience. Le but final étant la Libération mais c’est une autre histoire et quelle histoire !

Vivre , en toute conscience, la vie comme il a été prévu que vous la viviez ne vous empêche pas de vivre à deux, d’avoir des enfants, une maison et de lutter pour sauver la bio-diversité ou ce que vous voudrez.

 –

Le postulat de Dieu

 –

Dans la mesure où vous acceptez le postulat que Dieu existe et qu’il ne peut pas faire, pour l’humanité, plus que ce qu’il fait parce qu’il fait déjà le maximum, alors si votre satisfaction, votre bonheur, votre Paix intérieure ne sont pas parfaits c’est que ce doit être à cause de vous. Si le mot Dieu est trop mal connoté dans votre esprit, vous pouvez lui donner un autre nom car Dieu, le Seigneur, le Créateur, le Tao, L’Un, L’Unité n’a pas de nom en vérité et son « Saint-Nom », ou « Verbe » (ou « vertu du Tao ») n’est pas un nom ni un verbe mais sa force en action, son énergie créatrice.

 – 

Dieu se donne à cent pour cent tout le temps. Contrairement à ce que l’on entend et lit souvent, cent pour cent c’est le maximum; plus ne se peut pas et tout le temps aussi…c’est le maximum. Que la majorité des êtres humains ne connaisse pas la paix à cause des guerres et de la misère, c’est un fait mais chez nous, quand vous ne manquez pas du nécessaire à la satisfaction de vos besoins fondamentaux et que malgré ça vous ne connaissez pas la satisfaction, la Paix c’est qu’en vous quelque chose cloche ou que vous avez l’intuition que le bonheur ne viendra jamais de ce que la société des hommes vous propose.

 –

Qu’est-ce que ça signifie ? Ça signifie qu’il vous appartient de changer quelque chose, dans votre comportement, dans votre existence pour remédier à cette insatisfaction, à ce mal-être et peut-être aussi vous faut-il chercher ailleurs que là où vous avez déjà cherché jusqu’à présent le bonheur, si vous ne l’avez pas trouvé.

 – 

Une vie sans Conscience est un jour sans lumière

Bhaktimàrga 1-3-3

 – 

Mais d’abord je veux vous poser cette question: « être pleinement satisfait tout le temps, est-ce possible ? » Pour ma part je ne crois pas, non. Je ne crois pas qu’un jour nous mangions et que nous n’ayons plus jamais faim; qu’après une nuit de sommeil nous puissions ne plus dormir jamais. Je ne crois pas non plus qu’il soit possible de ne pas avoir à se réchauffer quand il fait froid. Je ne crois pas que l’être-humain soit parfaitement gentil, altruiste, patient et tolérant. L’être-humain n’est pas parfait, sa satisfaction ne peut pas l’être et chercher la satisfaction parfaite est une fausse piste. Je connais la satisfaction parfaite mais je parle d’une satisfaction non seulement parfaite mais qui dure tout le temps.

– 

Le concept de perfection

 – 

La notion de perfection n’est-elle pas entachée de concepts imparfaits ? Ce que je connais de plus parfait, dans la dimension matérielle, phénoménale, c’est la nature et pourtant la nature n’est pas faite que de gentils vents, il y a aussi des tempêtes destructrices, meurtrières. La nature n’est pas faite que de lagons tranquilles et sûrs, il y a des tsunamis aussi. Dans la nature il y a des volcans, des tremblements de terre, des prédateurs et des proies, des sécheresses et des inondations et la maladie. Alors courir après la perfection, telle que la définissent nos concepts, est-ce bien raisonnable ?

 –

La perfection existe, en vérité, mais elle n’est pas ce que vous croyez. Nos pauvres cerveaux ne peuvent l’envisager. Quand une personne fabuleuse, généreuse, utile et aimée décède accidentellement, vous pouvez trouver ça triste, injuste et imparfait, mais pour la perfection la mort est parfaite; elle n’est ni une fin ni triste ni injuste.

Juger de ce qui est bien ou de ce qui est mal, de ce qui est parfait de ce qui ne l’est pas avec un logiciel si imparfait que notre mental et des connaissances si limitées confine à la folie. La perfection n’est pas de notre compétence, elle ne se plie pas à nos désirs ni à nos concepts. La perfection dont nous rêvons, à l’aune de nos critères, n’est pas de notre monde ni de votre vivant. Je parle encore d’une perfection qui dure toujours.

 –

Vous aurez toujours faim, il faudra toujours vous nourrir et selon l’époque et votre milieu vous aurez toujours plus ou moins de difficultés à vous nourrir. C’est pareil pour vous loger, vous habiller, assurer votre sécurité, être en bonne santé. Vous ne serez jamais parfaitement, tout le temps en bonne santé. Personne n’est jamais mort en bonne santé.

 – 

Même le bonheur est superficiel

 – 

Ceci dit cette imperfection inhérente à la nature humaine n’est pas incompatible avec la possibilité de toucher à une part de bonheur, à une part de douceur, de paix et de perfection. Nous avons tous, en nous, cette possibilité. Quand vous êtes conscient, vous touchez la perfection mais dans les limites de vos capacités  »fonctionnelles ».

 –

Quand on connaît cette paix intérieure, quand on la fréquente assidûment même le bonheur semble superficiel. Quand on est dans la vacuité, dans la béatitude toutes les questions s’éteignent, tous les concepts disparaissent et celui à propos du bonheur avec eux car un concept n’est qu’un concept même beau, juste, pertinent et gentil. Une plante est une plante, ortie, ronce ou salade.

 –

Certains qui connaissent mon enseignement savent ce que je pense du bonheur: je le tiens pour un caprice d’occidental déjà heureux mais qui ne s’en rend pas compte. Vivez un mois la vie de la majorité de gens du monde, dans les pays moins chanceux que les nôtres, où les enfants n’ont pas d’enfance et les miséreux pas d’aide ni de considération, alors vous comprendrez ce que je veux dire. Ce que je vous propose n’est pas le bonheur mais la Conscience et l’accomplissement du propos de votre vie. Ce qui apporte le bonheur mais une autre sorte de bonheur : un bonheur spirituel, la béatitude, la vraie satisfaction.

 – 

Le bonheur n’est pas interdit !

Si vous le pouvez, soyez heureux !

 – 

Il y a une tâche qui vous est dévolue, une raison à votre naissance, quelque chose de précis à faire. Tous les êtres humains ont cette même tâche à faire, tous et cette tâche n’est pas d’être heureux…même si la grande majorité des êtres humains est trop occupée à simplement survivre. Mais en vérité le temps n’a aucune espèce d’importance pour l’éternité, si pour vous il est essentiel et angoissant.

Ensuite le destin est différent pour chacun. Vous ne vivez pas en vous nourrissant de la manne ou du prànà, seul au fond d’un ermitage. Toute société collective doit être organisée et chaque membre de cette collectivité se doit de respecter cette organisation et ses lois autant que faire se peut.

 –

Mais ces tâches fonctionnelles,  »domestiques » que votre humanité vous impose ne sont pas la raison de votre vie. De vous loger, de vous nourrir, de vous reproduire n’est pas votre but. Le but est de revenir à la béatitude originelle avec les yeux ouverts, de revenir à la maison en toute Conscience, comme le fils prodigue dont la bible nous raconte les aventures.

 –

Ce qui est de votre ressort

 – 

Alors, que vous appartient-il de faire pour accomplir cette raison de vivre ? Il peut être salutaire de changer votre regard et pour changer votre regard il s’agit d’ôter les voiles qui sont devant vos yeux et qui gênent votre vision. Ainsi vous verrez les choses, les êtres et les événements tels qu’ils sont. C’est déjà un début. Ensuite faire le silence dans votre esprit. Ainsi vous entendrez le son du silence, la Musique de l’âme.

 –

Quelles sont ces choses qui vous voilent le regard ? Qu’est-ce qui vous rend sourd au silence ? Vos pensées font ça. Par exemple quand vous méditez, des pensées peuvent vous gêner. Elles passent sur le ciel de vos paupières closes et si vous les suivez des yeux, si vous les arrêtez en leur prêtant du crédit, de l’attention vous n’entrez pas en méditation profonde. Si vous ne pouvez pas arrêter les pensées, et qui le peut ? Vous pouvez ne pas les suivre du regard. Il y a des techniques pour ça !

 – 

Ne regardez pas les nuages passer

 – 

Je ne peux pas vous expliquer ces techniques comme ça, sur un blog, sans préparation, mais faites en sorte de réduire l’influence de vos pensées sur votre regard et votre écoute en commençant par ne plus leur faire systématiquement confiance. Dans votre vie de tous les jours, durant votre travail vous réfléchissez, vous vous servez de l’intelligence et de ses pensées, comme l’outil qu’ils sont. Réfléchissez pour assumer vos obligations mais pas pour trouver le bonheur, la vérité.

 – 

Le domaine spirituel n’est pas celui de la pensée.

N’appréciez pas votre existence par la pensée ! La vie n’est pas la pensée mais le fait de respirer, de boire, de voir, d’entendre etc. La vie est organique et contemplative. Réfléchir à propos du bonheur n’apporte pas le bonheur.

 –

Il est nécessaire de ne pas vous laisser aveugler et de vous taire pour apprécier le silence. C’est dans ce silence que pousse la vraie compréhension. Il y a une réponse inaudible pour ceux qui font trop de bruit.

Ayant atteint la vacuité, ce vide de moi si plein du Tao, je me laisse porter par l’aile puissante du silence. Les dix mille êtres naissent en même temps; ensuite je les vois partir. Après avoir atteint son but, chacun d’eux revient à son origine. Revenir à son origine c’est retrouver le repos. Le repos, c’est le retour dans sa demeure véritable, c’est renouer avec sa destinée première.

Ce retour est la loi éternelle. Connaître la loi éternelle, c’est être éclairé. Celui qui ne s’y soumet pas se perd dans la confusion et la souffrance. Celui qui connaît la loi possède la Connaissance non apprise venue du Tao.

Celui là est tolérant est juste. Celui qui est juste est grand. Celui qui est grand atteint le Divin. Le Divin atteint il est uni au Tao et se trouve au delà des périls. Rien ne peut le surprendre. Rien ne peut l’émouvoir. Rien ne peut le toucher, pas même la mort.

Lao-Tse, Tao-Te-King, livre premier, chapitre 16

– 

Cette réponse est celle que le « Saint-Nom » vous donne. Quand vous avez été initié à La Voie et que vous méditez sur Lui, il vous donne, sans rien dire, cette réponse qui éteint toutes les questions.

– 

La réponse est dans la contemplation et pour contempler il n’est pas nécessaire de réfléchir…c’est même antinomique. Retirez de votre regard les voiles d’illusion qui l’aveuglent en ne leur accordant aucun crédit et en contemplant, chaque fois que possible, la Paix du dedans. Il y a des techniques pour ça !

 –

Vous croyez à tant de choses qui n’ont pas d’importance pour votre bonheur. Vous croyez qu’elles sont importantes pourtant elles ne le sont pas, je vous assure: dans le domaine de la Paix rien n’est important hormis la contemplation.

 –

Ce qui devrait être important, pour vous, c’est si vous êtes bien ou mal. Tout le reste n’est que blablas et perte d’énergie. Je suis là pour vous donner le moyen d’approfondir votre Conscience, si c’est une préoccupation importante pour vous. Il suffit de le demander. Il y a un mail de contact où vous pouvez poser toutes les questions qui vous viennent et ça ne vous engage à rien.  Lavoie.eu@gmail.com