monde,changer,lavoie,spiritualite

En voyant la « marche du monde », sous-entendu de la société humaine, beaucoup se disent qu’il faudrait changer le monde. Certains s’engagent dans un chemin de vie à cette fin, pour le meilleur ou pour le pire (l’idée des changements nécessaires n’est pas la même pour tous et toutes) et d’autres restent au niveau du constat et de l’intention car ils ont d’autres urgences au quotidien.

 –

Des personnes s’engagent dans le véganisme comme en politique, afin de lutter contre le spécisme qui considère que l’espèce humaine peut disposer des animaux comme elle l’entend, d’autres sont alter-mondialistes pour changer le paradigme économique et humain…il y en a qui sont des nationalistes xénophobes, qui veulent changer le monde aussi mais pas comme l’entendent les alter-mondialistes etc.

 – 

Les animaux sont pour l’initié comme des petits frères, Les plantes comme de lointains cousins

Bhaktimàrga 1-5-3

 – 

Il y a même des gens qui tuent les autres pour que la charia devienne la loi du monde entier…comme vous le constatez l’idée de changer le monde est variée et ne date pas d’hier. Mais le monde, comme ce mot est compris habituellement, n’existe pas. Ce qui existe c’est la Création de Dieu. Il existe aussi des sociétés humaines…mais qui fait les sociétés humaines ? Les êtres humains !

 –

Donc ce qu’il faut changer c’est l’espèce humaine…pas dans sa forme, sa biologie mais dans ce qu’elle fait de son existence et du monde, dans sa conscience. C’est en changeant la conscience humaine, humain après humain, que l’on peut espérer changer l’humanité. Encore faudrait-il arriver à s’entendre sur ce qu’est la conscience. Le but des êtres humains est-il de changer le monde, la société humaine ? Quand un être humain s’incarne, vient-il pour changer le monde ?

 –

Même si de lutter pour un monde meilleur, plus juste est utile, même si de se préoccuper de la nature, du réchauffement climatique est utile et qu’il faut mener ces combats, que c’est un devoir, pourtant, en vérité je dois vous dire que le but de l’être humain, le but de son incarnation n’est pas de changer le monde. Le but de chaque être humain est individuel, si la destinée de l’humanité est collective. L’être humain, son âme s’incarne pour une raison précise: elle a quelque chose à faire durant son incarnation, quelque chose qui n’est pas d’améliorer le monde pas plus que de jouir de la joie d’être vivant.

 – 

Trouve le début avant le but où il se trouve se trouve le but

Bhaktimàrga 2-1-20

 – 

Ceci dit c’est vrai que la vie est belle souvent et qu’il n’est pas idiot d’œuvrer à l’amélioration du monde, des relations entre les espèces, de l’écologie, de la justice, de la paix etc. Mais ce n’est pas le but de l’existence de faire ces choses. Ces choses peuvent se faire si on en a le goût, la propension mais il y a une chose à faire en premier, ou en même temps, en tous cas à ne pas négliger c’est l’accomplissement de la raison de votre venue.

 –

Certains diront « chacun a un but différent, c’est la liberté »…c’est vrai qu’il y a autant de buts qu’il y a d’individus. Certains ont comme seul but de ne pas mourir, de se nourrir et de s’abriter, d’autres ont le but de nourrir leur famille, d’autres encore d’être musicien etc. Mais au delà de ces raisons de vivre individuelles, la vie humaine a une raison d’être. Il y a le niveau spirituel et le niveau de ses devoirs, celui de l’âme et celui du mental. Le devoir, pour La Voie, c’est vos devoirs sacrés vis-à-vis des autres et de la société comme de vous-mêmes, de votre santé et il y a le domaine de l’âme. Les deux domaines doivent être respectés et menés de front.

 – 

Celui qui assume ses devoirs n’a pas besoin d’y être obligé.

Lao-Tse, Tao-Te-King extrait de 1:27.

Tu dois assumer tes devoirs sans chercher à les fuir, mais ne le fais pas pour jouir du fruit de tes actes. Ne crois jamais être la cause des conséquences de tes actes. Reste fermement libéré des fluctuations du mental. Fais ton devoir, sans être lié ni par le succès ni par l’échec, c’est ta liberté. Libère-toi de tout acte matériel, par le non-agir, le service ; absorbe-toi en lui. Avares sont ceux qui aspirent aux fruits de leurs actes. Le non-agir peut, dans cette vie, libérer qui s’y engage des suites de l’action, bonnes ou mauvaises. Efforce-toi d’agir en renonçant aux fruits de tes actes.

Le chant du bienheureux 10.

– 

Les buts individuels, le désir de changer le monde appartiennent au domaine du devoir, au domaine social, collectif. La raison d’être de votre venue sur Terre appartient au domaine spirituel. Le devoir peut être vécu collectivement, si vous êtes socialement impliqué. Le but de votre venue au monde, son but spirituel ne peut être vécu qu’individuellement. Pour simplifier disons que le but spirituel de la vie est l’approfondissement de votre conscience. C’est le propos de La Voie, de vous donner les moyens techniques de faire ça. Ces moyens sont regroupés dans tout ce qui fait sa pratique.

 – 

En attendant, si vous trouvez que le monde est moche, que vous désespérez de le changer, changez votre regard. En changeant le regard que vous portez sur le monde, vous changerez le monde pour vous et vous changerez votre vie en même temps. C’est quelque chose que La Voie peut vous aider à faire, si vous le lui demandez.