confusion,lavoie,spiritualite

Le bien trouvé te mène au Royaume, le mal à la souffrance et à la confusion

Bhaktimàrga 1-4-5

– 

La colère mène à la confusion où la Conscience se perd

Bhaktimàrga 1-5-21

Comme le pur cristal prend la couleur des objets placés près de lui, le méditant, libre des fluctuations du mental, sort de la confusion et atteint la parfaite Conscience de la béatitude, absorbé dans L’Unité.

Yogasûtra verset 1.41

– 

Dans les textes de La Voie, comme dans beaucoup d’autres textes spirituels, il est souvent question de la confusion. Bien évidemment ce mot possède plusieurs acceptions, selon que vous soyez juriste, grammairien, psychologue, politicien ou psychiatre. Par exemple, si vous donnez à ce mot la charge sémantique (le sens) du juriste, en parlant de l’état psychiatrique d’un individu, de son discernement comme entendu par le code pénal, vous ne comprendrez rien à son problème.

– 

Pour ce qui concerne La Voie c’est la même chose: nous utilisons le mot « confusion », « confus » pour exprimer quelque chose ayant trait à la spiritualité. Si vous allez voir les dictionnaires, ils vous diront, à propos de la confusion :

– 

Action de confondre, de prendre quelque chose ou quelqu’un, pour quelque chose, quelqu’un d’autre ; erreur, méprise.

 État de ce qui est confus, indistinct, désordonné ; désordre.

 –

Situation d’un groupe où tout le monde s’agite de manière désordonnée.

 –

Embarras, trouble causé par le sentiment d’une faute ; gêne, honte.

 –

Défaut d’ordre, de méthode, de clarté dans les choses qui tiennent de l’esprit.

 –

En médecine la confusion désigne un trouble de l’attention et de la perception des faits extérieurs. Sur La Voie nous utilisons ce mot pour dire l’état de conscience où se trouve une personne qui n’est pas maîtresse de son mental et qu’elle s’identifie uniquement à ses pensées, ses sentiments, ce qu’elle croit être elle.

Nous disons alors que cette personne, qui est dans la confusion (d’un point de vue spirituel) est sous l’influence du « faux-ego ». Évidemment que si vous ne savez pas exactement ce que nous entendons par « faux-ego » l’explication ne vous éclairera pas. Je vais vous redonner une explication, courte, de ce que nous entendons par « faux-ego ».

– 

Le faux-ego est ce, qu’habituellement, la plupart des gens désignent par le mot ego. Beaucoup confondent l’ego et le faux-ego, il faut dire que très peu de gens connaissent le mot « faux-ego ». Pour faire simple disons que le faux-ego est un « état d’esprit » suscité par une conscience mal placée. Quand un individu croit être ses pensées, ses savoirs, sa personnalité, l’image qu’il a de lui, et même parfois que les autres ont de lui, il a sa conscience mal placée, c’est-à-dire mal identifiée.

Pour simplifier à l’extrême on pourrait dire que le faux-ego est la vanité, dans tous les sens du terme. Chaque médaille a son revers et le faux-ego est le revers du libre-arbitre, comme les ténèbres sont l’autre face de la Lumière. C’est cette bipolarité qui génère la vie.  Donc, pour nous, la confusion est l’état de conscience où se trouve celui, celle qui a mis son attention entièrement sur le ça, l’apparent, le dual (qui est le contraire de l’uni, le simple) et dont le mental est dirigé par le faux-ego.

 –

Chez une personne confuse la réalité est vue à travers les voiles déformants de la sensibilité, des concepts, des idées préconçues, des doutes et des peurs. Vous avez vu, plus haut, ce que les dictionnaires disaient, à propos de la confusion:

 –

Action de confondre, de prendre quelque chose ou quelqu’un, pour quelque chose, quelqu’un d’autre ; erreur, méprise.

C’est en effet le cas. Quand on prend ses pensées pour une inspiration venue de Dieu, ou l’ego pour le faux-ego il y a méprise, on confond, on mélange les choses.

– 

Vous avez vu aussi cette définition:

– 

État de ce qui est confus, indistinct, désordonné ; désordre.

Je vous assure que celui, celle qui commence à mettre de l’ordre dans sa tête, par la pratique de la Méditation et, pour ceux qui pratiquent La Voie, que celui, celle-là, donc, commence à se rendre compte qu’il y a un grand désordre dans sa tête. Bon, se rendre compte de ça c’est déjà commencer à y remédier, surtout quand on a les outils, la méthode pour y arriver, pour remettre de l’ordre dans son mental.

– 

Les définitions disent aussi que la confusion est…

…La situation d’un groupe où tout le monde s’agite de manière désordonnée.

N’est-ce pas là une description fidèle de l’humanité ? Quand 15% de l’humanité se partagent 80 % des richesses, n’est-ce pas là une preuve d’un certain désordre ? Sans compter les guerres, évidemment !

 –

Pour ce qui est de…

 –

Embarras, trouble causé par le sentiment d’une maladresse, d’une faute ; gêne, honte.

La maladresse et la faute sont patentes, avérées et que beaucoup de gens se sentent dans un certain embarras, trouble n’a rien d’étonnant: il y a quelque chose, en chaque être-humain, qui le sait bien que c’est mal ce qu’ils font à eux-mêmes et au monde: l’âme.

Même dominée par un mental sous le contrôle du faux-ego, l’âme a gardé la mémoire de la perfection d’où elle est issue et la comparaison avec la confusion ne laisse pas de la gêner, de causer, chez elle, un certain trouble.

– 

Et pour finir, à propos de …

– 

Défaut d’ordre, de méthode, de clarté dans les choses qui tiennent aux opérations de l’esprit.

Il n’y a qu’à écouter les explications de beaucoup de gens, à propos de ceci ou de cela pour constater ce défaut d’ordre, de méthode et de clarté.

– 

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément

L’Art poétique (1674) Nicolas Boileau-Despréaux

Force est de constater que les choses ne sont pas toujours bien conçues par l’humanité. Le réchauffement climatique et la déforestation, la perte quotidienne de diversités vivantes, l’injustice régnant sur le monde, la cruauté envers les plus faibles et le cynisme des financiers de tout poils nous prouvent, s’il en était besoin, que les choses ne se conçoivent pas bien, dans l’esprit humain et que les mots, pour le dire, n’arrivent pas aisément !

– 

C’est dire la confusion dans laquelle le monde se trouve. Quand j’écris le monde je sous-entend le monde des humains, c’est-à-dire les êtres humains eux-mêmes…mais qu’est-ce qui ne va pas chez lui ? Il ne va pas qu’il n’est pas dans la conscience de l’harmonie qui préside à la Création.

– 

L’Un est harmonie et son harmonie règne sur Sa Création, parties de Lui. L’être humain est la seule créature vivante qui dispose du libre-arbitre. Ce libre-arbitre lui a été donné Par L’Un pour qu’il revienne à Lui en toute Conscience et liberté.

…et Dieu créa l’homme et la femme à son image…

Genèse 1:27

– 

Si le libre-arbitre donne à l’être humain le pouvoir de dire oui à l’harmonie divine, à la Conscience profonde, elle lui donne aussi celui de lui dire non et de choisir la facilité des apparences immédiates et des plaisirs sans responsabilité. Il faut bien avouer que souvent il choisit de lui dire non.

Il y a quelque chose, en l’être humain, qui préfère la disharmonie et cette chose est le faux-ego.