comprendre,Dieu,lavoie,spiritualite

Il y a Dieu et sa Création. Pour d’autres, qui ne croient pas en Dieu, il y a L’Un, l’énergie noire, le vide quantique, les champs de bosons…pour d’autres, en Inde, il y a le Brahman, la seule réalité dont la Màyà (l’illusion) ne serait que le reflet. Pour d’autres encore il y aurait le Tao et « la vertu du Tao », son pouvoir.

 –

Depuis toujours les humains se posent des questions sur leur origine et leur destination, leur raison d’être autre que de simplement se débrouiller pour vivre. Il y aurait Dieu (ou L’Un) et sa Création, ses créatures dont nous sommes. Vient encore toute une série de questions comme: « avons-nous une âme ? Ou un esprit contenu dans notre boite crânienne et qui finira avec la mort ? »

 –

Ce n’est pas que l’homme n’ait pas trouvé de réponses à ces questions, il en a trouvé. Le problème c’est qu’il en a trouvé beaucoup, qu’il les a réunies en blocs dans la philosophie, la religion, la spiritualité, avec des mots, des phrases, des concepts, des croyances en diverses langues et en de nombreuses écritures suivant l’époque et le pays où la collecte de ces concepts a été faite. Ceux qui croient en ces philosophies, ces religions et ces spiritualités croient savoir, croient avoir les réponses à leurs questions et sont capables de proposer ces réponses à ceux qui n’en n’ont pas mais en vérité…ont-ils compris ?

 – 

Savoir ou croire

 – 

Savent-ils ou croient-ils savoir ? Est-ce suffisant de connaître des concepts, de les avoir appris et de pouvoir les réciter pour savoir ? Savoir et « les savoirs », est-ce la même chose ? Non, savoir c’est comprendre. Ce qui signifie « prendre-avec-soi » c’est à dire intégrer. Apprendre n’est pas obligatoirement comprendre. Mais peut-on comprendre Dieu (ou L’Un) ? Qu’est-ce que l’on veut dire quand on dit « comprendre » et avec quoi comprendre ? Pour apprendre on dispose du cerveau, de la mémoire et de l’intelligence mais pour comprendre ? Se sert-on des mêmes « outils » ?

 –

Jamais personne n’a compris Dieu (ou L’Un), ni l’essence profonde de l’être, en s’aidant d’abord et uniquement de son cerveau. Des millions de gens pensent avoir compris, ils en sont certains mais comme on reconnaît un arbre à ses fruits on reconnaît aussi la compréhension à ses fruits. Connaissez-vous les fruits de la compréhension ? Non ? Eh bien les fruits de la compréhension sont la béatitude, le lâcher-prise, l’humilité, la joie. La Compréhension vient de la conscience.

 – 

La conscience

 – 

Il y a la conscience et la conscience. La conscience c’est quand on se réveille et que l’on prend conscience que l’on ne dort plus, ou encore que l’on prend conscience que le printemps est revenu. Cette conscience là c’est la conscience fonctionnelle du mental, le « système d’exploitation » de notre cerveau. Il y a aussi la conscience qui est l’autre nom que, sur La Voie, nous donnons à l’âme-incarnée ou encore « Témoin ». En Inde certains disent Âtman. C’est notre identité fondamentale. La conscience c’est la juste-vue, c’est à dire voir, envisager les choses, les êtres et les événements tels qu’ils sont, sans le voile, le brouillard de ce que nous croyons, de nos doutes, nos peurs, nos impressions, de ce que nous avons appris.

 –

Peut-on comprendre Dieu (ou L’Un) ? Doit-on le comprendre ? Ce qu’il s’agit de faire, durant votre existence c’est de vous identifier à votre identité profonde, cette part de Lui en vous. Cette part de Lui c’est l’âme. La plupart du temps nous nous identifions à notre mental, notre personnalité, nos souvenirs, nos concepts, l’image que nous, et les autres, avons de nous. Il existe certaines écoles spirituelles qui soutiennent qu’il existe au cœur de tout être vivant une « monade », ou étincelle divine individualisée. Mais, en vérité, mieux vaut avoir conscience de cette étincelle, en soi, que de connaître le mot « monade » et de savoir qu’il s’agit du « védisme ».

 – 

Communier c’est méditer

 – 

Communier avec cette étincelle c’est comprendre, c’est avoir connaissance de cette étincelle. En connaître le nom et son origine, sans être capable de communier avec elle, c’est les concepts, les savoirs. Mais ces savoirs théoriques ne sont pas la véritable compréhension, la communion. Ceci dit l’un n’empêche pas l’autre.

 –

Quand je parle de « communion » je veux dire « contemplation »: s’asseoir et contempler, sans penser. Quand vous regardez un beau paysage, le soir et que le soleil couchant fait des miracles de lumière, réfléchissez-vous ? Vous pouvez ressentir une grande paix remonter du plus profond de vous et prendre toute la place. C’est ça la méditation. Alors la compréhension vient, remonte à la surface de votre conscience mentale. C’est la conscience (celle de l’âme) qui nourrit la conscience (celle du mental), quand le mental se plonge dans la contemplation, par la méditation.

 – 

La contemplation de la méditation, comme apprise sur La Voie au cours de la Révélation, est toute intérieure. Le  »paysage » que vous contemplez est intérieur. Fermez les yeux pour le regarder. C’est ça qui est montré au cours de la Révélation: où et comment regarder, écouter. Pour se renseigner sur cette Révélation vous pouvez poser vos questions ici : lavoie.eu@gmail.com