instantpresent-maquettebonheurlavoiespiritualite

Est-ce que le bonheur existe ? Je veux dire, est-ce qu’il est possible d’être heureux tout le temps ? Regardez le ciel…il est changeant, les événements de l’existence, notre moral sont comme le ciel, il n’y a là rien que de très normal. Mais, tout de même, est-ce que le bonheur existe ? Il existe des moments plus heureux que d’autres, des raisons d’être satisfait mais qu’est-ce que le bonheur ?

Il existe quelque chose que l’on peut nommer « bonheur » mais qui est autre chose…la certitude de s’accomplir, la confiance, la satisfaction qui n’a pas besoin de causes extérieures, l’abaissement du niveau de notre peur fondamentale, la sérénité et, de temps en temps la béatitude. Ce mot n’est pas familier à beaucoup de gens. Même ceux qui le connaissent ne savent pas obligatoirement ce qu’il recouvre. Pour commencer, voyons ce qu’en dit le dictionnaire.

Félicité céleste des élus.

Bonheur sans mélange ; euphorie.

Selon Spinoza, sentiment de joie et de plénitude qui consiste en l’amour intellectuel de Dieu.

Larousse

Félicité éternelle que goûte l’homme jouissant de la vision de Dieu.

Sérénité apportée à l’âme par la contemplation.

CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)

Alors je préfère les définitions données par le CNRTL. Pour ce qui est de Spinoza, ce grand intellectuel, je comprends qu’il parle de son point de vue mais la béatitude est plus la sérénité apportée à l’âme par la contemplation et la félicité (pourquoi éternelle?) que l’homme goûte en jouissant de la vision de Dieu. Comment cette félicité de la vision de Dieu pourrait-elle être éternelle quand l’homme ne l’est pas ?

Il est possible de voir Dieu…enfin, pas tout entier : il est infini, mais sa lumière, ce qui est déjà pas mal. Je la vois, cette lumière…je la vois en fermant les yeux et en pratiquant une technique de méditation particulière qui le permet. Cette technique est une des quatre qui m’ont été révélées en Inde, en 1975. Depuis cette date de médite chaque jour et je vois la lumière intérieure et c’est vrai que ça me fait goûter à la béatitude !

Pour ce qui est de la sérénité apportée à l’âme par la contemplation…c’est un peu court ! La béatitude est bien plus forte que la sérénité. Je n’ai rien contre la sérénité, j’en ai parlé plus haut, mais la béatitude est encore autre chose, même s’il y a plusieurs degrés dans la béatitude. La sérénité que l’on ressent dans la contemplation c’est quand vous regardez un coucher de soleil après une journée de marche, et que le ciel se donne en spectacle ! Mais la béatitude est plus un ressenti de perfection, de joie, de dévotion, de reconnaissance, d’accomplissement et elle a à voir avec la spiritualité. Bon, un coucher de soleil contemplé peut aussi provoquer de la béatitude pour celui, pour celle qui connaît déjà la béatitude intérieure, à force de méditation et qui a la béatitude « au bord de la conscience ». Le bonheur n’est pas la béatitude, car la béatitude est un des sommets du bonheur mais on ne peut pas rester au sommet tout le temps.

Comment connaître la Béatitude ? C’est le propos de nombreuses voies spirituelles. La Voie a ce propos aussi : vous permettre de vous faire connaître la béatitude, à l’occasion mais comme la béatitude n’est pas le bonheur et que le propos de ce texte est le bonheur, je clos ces propos sur la béatitude. Le bonheur est souvent difficile à trouver, pourquoi ? Parce qu’il est simple et le fait qu’il soit vrai n’y change rien : quand quelque chose est simple on n’y prête pas attention. Pour beaucoup la quête du bonheur est si essentielle que la réponse ne saurait être simple et pourtant !

Le bonheur est dans l’instant présent

Voilà, c’est écrit, révélé : « le bonheur est dans l’instant présent », vraiment ! Ce n’est pas une figure de rhétorique qui tendrait à souligner que les regrets sont vains et les projections dans l’avenir génératrices d’inattention et de frustrations, non. Le bonheur est dans l’instant présent « mécaniquement ». Je vais vous illustrer cette affirmation : imaginez que le présent soit une vibration, comme le passé et l’avenir. Chacun aurait une fréquence qui lui serait propre. Je vais illustrer ce propos: par exemple le passé vibrerait à 13 hertz, le futur à 30 hertz et le présent à 4 hertz.

Tout est une question de fréquence

Maintenant imaginez que l’activité mentale soit quantifiable en hertz (c’est d’ailleurs le cas ! ) également, qu’elle générerait des fréquences électriques. Quand vous seriez en train de penser au passé, votre mental serait à la fréquence du passé. Quand vous vous projetteriez dans le futur, votre fréquence mentale serait celle du futur et dans l’instant, votre rythme cérébral s’abaisserait à 4 hertz. Vous voyez, rien de mystique là dedans. Le bonheur serait un état de bien-être possible quand l’activité cérébrale serait à une certaine fréquence. C’est une métaphore, il ne s’agit pas du taux vibratoire tel que définit par André Bovis, ce chaudronnier radiesthésiste qui d’ailleurs exprimait les UB (Unités Bovis) en angströms pas en hertz.

Un des effets de la pratique de La Voie, l’Observance, est de mettre votre conscience à la fréquence du présent. Les sociétés modernes font que vous avez de moins en moins votre esprit dans l’instant. A peine le repas commencé que vous voulez l’avoir terminé. A peine sur la route des vacances et vous voulez arriver. Cette impatience chronique vous pousse à l’erreur : excès de vitesse, accidents, problèmes de surpoids, de stress, de dépression, de tristesse et de désespoir. A force de vous projeter dans le passé ou le futur, vous vivez dans des temps qui ne sont plus ou qui ne sont pas encore. C’est la virtualisation de la vie.

Vous savez que les sociétés modernes n’aiment pas la Paix intérieure. Par la faute de tout ce que vous devez assumer vous ne vivez pas la vie qui avait été prévue. Ceci dit vous n’êtes pas obligé de vous laisser écarteler par vos désirs, votre insatisfaction et les suggestions du marketing. Voilà : mettez plus de spiritualité dans votre existence. Quand vous réussissez à changer votre perception du temps, vous faites comme le ralentir et vous connaissez l’harmonie fondamentale de la vie. Cette harmonie existe « pour de vrai », Lao-Tse la nommait « la vertu du Tao ». Le but d’une spiritualité bien comprise, portant de bons fruits, est de vous permettre de vous fondre dans cette harmonie fondamentale.

Le Tao crée les êtres, sa Vertu les garde en vie. Le Tao et sa vertu leur donnent forme en les incarnant et les pousse sur La Voie du Tao par une secrète impulsion. C’est pourquoi tous les êtres révèrent le Tao et honorent sa Vertu.

Personne n’en n’a décidé ainsi ; faisant cela, les êtres écoutent simplement ce qu’ils ont en eux-mêmes. C’est pourquoi le Tao crée les êtres, les garde en vie, les fait croître, devenir meilleurs et les guide toute leur existence.

Il les crée sans se les approprier ; il les fait sans en tirer profit ni gloire, il règne sur eux et les laisse libres. C’est la vertu de toutes les vertus.

Lao-Tse, le Tao-Te-King 2:51

Si l’homme cultive le Tao au dedans de lui-même, sa vertu deviendra vraie. S’il le cultive en famille, elle grandira encore. Si tout le village le cultive à son tour elle sera encore plus grande et si c’est le royaume qui le cultive elle augmentera encore. Si tout le monde le cultive, la vertu du Tao deviendra omniprésente.

Lao-Tse, le Tao-Te-King 2:54

C’est un accomplissement de ressentir, de connaître cette vertu du Tao, cette harmonie fondamentale et c’est un bonheur de ressentir cet accomplissement, quand vous êtes certain, certaine d’être au bon endroit à faire la bonne chose. Soyez plus souvent dans l’instant qui est au centre. C’est le propos de La Voie, elle peut vous y aider, elle a des méthodes pour ça. Je vous laisse une adresse où poster vos questions : lavoie.eu@gmail.com .