viie,conscience,spiritualite,lavoie 3


_

La spiritualité c’est la vie telle qu’elle doit être vécue, pleine d’harmonie et de paix. Ce n’est pas réservé à une élite et ça ne demande aucune compétence particulière. Pourtant il faut bien se rendre à l’évidence que la majorité de l’humanité ne vit pas dans l’harmonie et la paix. Pourtant il y a de nombreuses personnes qui vivent une religion, mais le fait de pratiquer une religion n’est pas une preuve de spiritualité. Chez les religieux il en est de spirituels et d’autres qui ne le sont pas. Les extrémistes intolérants ne sont pas des personnes spirituelles, par exemple. La vie spirituelle est une vie passée en toute conscience, dans le respect de ce qui nous compose : le corps, le mental et l’âme.

On ne fait pas entrer la spiritualité dans son existence, on fait entrer son existence dans la spiritualité, qu’elle soit spirituelle. Il ne s’agit pas d’abandonner quoi que ce soit, en embrassant une ascèse exclusive. Si vous travaillez, que vous avez une famille et des amis, il n’est pas nécessaire de démissionner ni de laisser vos proches sans nouvelles pour vivre une vie spirituelle.

La conscience

Le mot « conscience », pour La Voie, est un synonyme du mot « âme« . Elle est votre identité fondamentale. Même si le mental vous définit aussi, par la personnalité et les souvenirs. Vous êtes aussi ce corps, tant que l’âme y est incarnée. Un petit mot à propos de l’ego : il n’est pas cet ennemi de la spiritualité que certains pensent. Pour La Voie, l’ego est lié à l’âme. C’est lui qui donne à l’âme la conscience d’elle-même, qui lui permet de dire « je ». La vanité est désigné par le mot « faux-ego ». Le mental est l’intelligence, les sentiments et la mémoire, son siège est le cerveau. L’intelligence est utile, encore faut-il la garder sous contrôle.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » (Rabelais dans Pantagruel)

Tout être vivant est en vie, cette tautologie pour exprimer que la vie est bien le dénominateur commun de tout être vivant. Cette vie n’est pas un concept philosophique, elle est une réalité et elle est énergie.

Qui vit cette vie ?

En retournant sa conscience vers l’intérieur, par une pratique appropriée, il est possible de l’approfondir. Pour faire ça il existe quatre techniques révélées à ceux qui en font la demande. Ce sont des techniques de méditation. Certaines se pratiquent assis, d’autres tout en vaquant à ses affaires.

Chez certains une spiritualité mal comprise aura tendance à provoquer de la confusion. Ils coupent l’être humain en tranches et créent une hiérarchie et même opposent les différentes tranches. Ainsi tout ce qui est physique sera considéré comme incompatible avec la spiritualité. Ils mettent dans cette tranche le corps humain, ses désirs et ses besoins :  la nourriture, le sexe, les plaisirs, le confort. Ces choses matérielles seront regroupées sous le mot Màyà, c’est-à-dire « illusion ». Certains tenants de l’ésotérisme dénombrent plus de dix tranches différentes. Il y aura le corps causal, le corps éthérique, l’astral, etc.

Le corps et le mental sont indispensables

Toutes les différentes parties qui vous composent ont leur utilité et procèdent du même créateur. Le corps physique est le temple de l’âme et la vie spirituelle se fait avec et par lui. Sans lui pas de vie. Il faut le traiter avec respect et amour. Pour ce qui est du monde, il est la création de Dieu et une Grâce. L’illusion n’est pas dans ce que l’on voit, mais dans le regard. Ne négligez pas l’intelligence. Certains considèrent la pensée comme un parasite de la méditation. C’est vrai dans la méditation profonde, mais elle a son utilité au quotidien. D’autres la mettent sur un piédestal. Ces derniers passent leur vie à étudier les arcanes de l’ésotérisme. Pour eux la connaissance (jnana) de Dieu passe par le savoir tiré des écritures.

Il ne faut rien négliger de ce qui vous compose, mais chaque partie doit rester à sa place et agir dans son domaine de compétence et la connaissance (non-apprise) n’est pas les connaissances.