Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand on vit dans une société où rien d’essentiel ne nous manque, ni l’eau ni la nourriture, on a le loisir de ressentir un grand vide existentiel. Notre âme, c’est-à-dire notre vrai « soi », a soif de vérité.

Texte de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la souffrance et la paix.
En chaque personne il y a la paix et la souffrance, le choix vous appartient

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

Le blog où se trouvent les satsang est ici

 

 

 

 

 

Quand on vit dans une société où rien d’essentiel ne nous manque, on a le loisir de ressentir un grand vide existentiel. Notre âme, c’est-à-dire notre vrai « soi », a soif de vérité, de cette vérité originelle dont elle a gardé la mémoire, mais rien de ce que la société propose ne satisfait ce besoin.

 

 

Alors on est pris de frénésie, de boulimie cherchant à combler ce vide intérieur. Pour certains, ce sera la nourriture, pour d’autres le sexe, pour d’autres encore le jeu, la peur, le pouvoir, l’argent, etc. Mais seule la spiritualité profonde, vraie peut combler ce vide.

 

 

 

Un trou béant

 

 

 

Quand vous êtes arrivé à une certaine évolution intérieure, vous sentez que quelque chose vous manque. Vous ne savez pas quoi, vous ne pouvez pas mettre de mots sur ce manque et il devient chronique. Certains cherchent à le combler par l’amour d’une autre personne qui est, elle aussi, dans ce même manque et cette même recherche.

 

 

Pour d’autres, c'est Dieu, celui des livres : Allah, Jéhovah, Yahvé, Brahmà. Certains le cherchent dans une église, d’autres dans un temple, une mosquée ou une synagogue. D’autres encore se diront que ces religions sont porteuses de guerres et refuseront d’y croire et de se plier à leurs rituels, alors ils s’inventeront un Dieu sur mesure. Tout ça pour combler ce manque.

 

 

Pour d’autres encore, ce sera la réussite professionnelle, sociale et les signes de cette réussite, l’argent, la possession de biens, les privilèges, le pouvoir, etc. C’est comme ces personnes boulimiques qui grossissent parce qu’il faut toujours qu’elles aient quelque chose dans la bouche et dont l'estomac est un puits sans fond.

 

 

 

Une boulimie

 

 

 

Cette boulimie sera pour la viande, le sucré, l’alcool, le tabac, la drogue. Ce sera d’aller dans les boutiques dépenser sans compter, dans un bar pour y faire des rencontres, etc. La boulimie se manifeste de tant de façons ! C’est toujours la même démarche et ceci quels que soient les supports de ses manifestations. C’est ce désir sans fin, ce manque qui fait un grand trou, au milieu de vous, que vous cherchez à combler sans jamais y parvenir.

 

 

« La souffrance n’existe plus pour celui qui est touché par la Grâce.

Devenu serein sa conscience s’éclaircit. »

 

Bhaktimàrga 2-7-25

 

 

Cette boulimie est aussi pour les concepts, les connaissances, les expériences. Si on avait pu trouver la paix intérieure en lisant des livres, en apprenant des choses, on le saurait, depuis le temps ! La société humaine serait différente. Elle est faite d’êtres humains qui ont tous le même manque.

 

 

Si d’assouvir ses désirs, comme propose le monde, ça fonctionnait on le saurait. Tout le monde court après la satisfaction de ses désirs, sans jamais y parvenir, même les plus riches ! Je parle pour la minorité de l’humanité qui a ses besoins essentiels satisfaits. N’oubliez pas que la majorité de l’humanité cherche encore à survivre.

 

 

C’est étrange, mais plus vous mettez de choses dans ce trou, au milieu de vous et moins vous êtes satisfait. Vous finissez souvent par être complètement dégoûté, par croire qu’il n’existe rien qui soit capable de combler ce vide. Alors vous désespérez, désabusé et continuez à vivre par habitude.

 

 

 

Vous êtes comblé au début

 

 

 

L’être humain, en naissant, n’a pas de manque, il est comblé dans l’instant. Si ses besoins fondamentaux sont satisfaits, s’il a mangé, si sa couche est propre, s’il n’a pas de gêne, alors il est comblé. Vous avez peut-être vu le sourire béat d’un bébé satisfait. Il est dans la béatitude. Sa fontanelle (Raja-chakra) est encore ouverte et il est connecté, conscient de l’instant et quand on est conscient de l’instant, on est satisfait, on n’a plus de question.

 

 

Cet état de béatitude, cet état de conscience de la béatitude est celui de l’être humain par défaut. Celui où il devrait être tout le temps et c’est cet état que vise à vous faire retrouver La Voie ! Plus l’être humain se remplit de connaissances, de concepts, plus il s’éloigne de la conscience de l’instant et plus il s’en éloigne plus elle lui manque. Un jour vous ne vous souvenez plus de cette béatitude et voilà : c’est ça ce manque sur lequel vous ne pouvez pas mettre de mot.

 

 

Quand vous commencez à explorer le monde, que votre curiosité vous tire au dehors, vous vous éloignez de la paix et c’est un processus normal, prévu. Pour revenir à la maison, vous devez d’abord en partir. Ça fait partie du plan ! Vous souvenez-vous de votre enfance ? Quelle est la limite la plus ancienne de vos souvenirs ? Certains se souviennent de leur vie depuis l’âge de deux ans, d’autres depuis l’âge de six ans, d’autres encore plus tard. Rares sont ceux qui se souviennent de leur plus tendre enfance. C’est comme si on avait effacé cette période de leurs souvenirs. Ils ont oublié le « soi » de quand ils étaient tout petits.

 

 

Plus vous retrouvez la paix de votre dedans et plus vous retrouvez le bonheur de l’enfance, pour ceux qui ont eu la Grâce d’avoir une enfance heureuse. C’est pour ça que Jésus conseillait aux gens de redevenir comme les enfants, s’ils voulaient entrer dans le Royaume qu’il disait être au dedans de nous. « Si vous dites : voici, le Royaume est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous précéderont ; si vous dites qu’il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont. Mais le Royaume est à l’intérieur de vous, et il est à l’extérieur de vous. » (Thomas, logion 3)

 

 

 

L’âge de la béatitude

 

 

 

Cet âge oublié, c'est celui de la béatitude, celui où vous étiez dans la pleine conscience du présent. C’est la béatitude qui est la « matière » de votre âme. Un bébé n’a encore appris aucun mot et sans mot pas de concepts. Cette absence de concepts permet à la conscience d’être dans l’instant.

 

 

Plus l’être-humain apprend de concepts et moins il est dans l’instant. C’est le manque d’amour qui vous blesse, le manque d’un amour sans raison ni support. Vous voulez être aimé comme vous êtes. Seul l’amour sans cause, sans raison ni support peut vous aimer comme vous êtes. Cet amour est la force active de Dieu, sa Grâce, son Saint-Nom ou Verbe. Les taoïstes nomment cet amour-actif le « Te », ou « vertu du Tao » du « Tao-Te-King ».

 

 

 

Votre âme

 

 

 

Votre âme est faite de cette « matière » et tout ce qui y ressemble vous attire. Le mot « âme » a comme origine le mot « souffle », c’est le souffle de Dieu qui a créé l’âme, à partir de cette glaise-originelle qu’est le Verbe, le Saint-Nom ou Te (Vertu du Tao). Mais cette âme il a fallu lui associer un « catalyseur », pour qu’elle puisse s’incarner.

 

 

Ce catalyseur, c'est l’ego. Il donne à l’âme la conscience d’elle-même et le libre-arbitre qui est la possibilité de dire oui et de dire non. Ce libre-arbitre est indispensable au grand dessein de Dieu pour les âmes incarnées. Ce libre-arbitre, ce cadeau de Dieu, a un mauvais côté : l’attirance pour la facilité, la surface des choses. C’est le prix à payer pour le libre-arbitre. Vous pouvez choisir entre le bien et le mal, mais pour ça il faut que le mal existe.

 

 

Parfois, vous aimeriez bien qu'il vous le reprenne, ce libre-arbitre, mais il ne le peut pas. Pour vous soulager de ce cadeau encombrant il faudrait qu'il vous soulage aussi de votre conscience et sans conscience l’âme n’est qu’une matière inanimée. Le libre-arbitre est quo-substantiel à votre nature humaine, à votre conscience. Vous avez le libre-arbitre, mais le libre-arbitre n’est pas la liberté. Vous n’êtes pas libre. Si vous avez soif, vous n’êtes pas libre de ne pas boire. Si vous êtes fatigué, vous n’êtes pas libre de ne pas dormir. Vous êtes prisonnier de votre corps physique et de ses besoins ainsi que dans le segment entre le point de la naissance et le point de la mort.

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable. Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

Tag(s) : #spiritualité, #souffrance, #lavoie, #concepts, #bonheur, #méditation, #HansYoganand
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :