Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avant de pouvoir réfléchir au sens profond de sa vie, l’être humain a besoin de satisfaire cinq besoins fondamentaux qui sont couramment admis par la communauté scientifique internationale selon un schéma nommé « pyramide de Maslow ».

Texte de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, les besoins fondamentaux.
On ne peut pas parler de spiritualité à un ventre vide

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

Le blog où se trouvent les satsang est ici

 

 

 

Résumé :

 

 

Avant de pouvoir réfléchir au sens profond de sa vie, l’être humain a besoin de satisfaire cinq besoins fondamentaux qui sont couramment admis par la communauté scientifique internationale selon un schéma nommé « pyramide de Maslow ». La nécessité de satisfaire à ces besoins fondamentaux est exacerbée par des instincts que le mental, la raison ne maîtrisent pas, comme l’instinct de survie, l’instinct de reproduction, l’instinct grégaire, l’instinct de territorialité, etc. Les besoins fondamentaux de l’Homme sont :

 

 

1/La satisfaction des besoins physiologiques, manger, boire, dormir, respirer.

 

 

2/La satisfaction du besoin de sécurité, du corps, d'emploi, de santé, de propriété.

 

 

3/La satisfaction du besoin d’appartenance et affectif, amour, amitié, intimité, famille.

 

 

4/La recherche d’estime, confiance, respect.

 

 

5/Accomplissement personnel, morale, créativité, résolution des problèmes.

 

 

 

L'être humain doit satisfaire ses besoins fondamentaux avant de se pencher sur la spiritualité, d'être un chercheur. Encore faut-il qu’il ne s’attache pas à sa recherche. Un être humain, pour qu’il se mette en quête d’une vie spirituelle doit en éprouver le besoin irrépressible. Pour en arriver à ce stade de vrai chercheur de vérité, il y a une évolution naturelle, un cheminement, que l’âme doit suivre comme le fruit doit passer par la graine, le germe, la jeune pousse, le plant, le jeune sujet, le bourgeon et la fleur.

 

 

Pour connaître la vraie et profonde paix, pour être en mesure d’accomplir la raison fondamentale de son incarnation, la personne doit arriver à un stade où elle est disponible pour les choses spirituelles. Tant que les besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits, l’âme ne pourra pas se consacrer à la spiritualité. C’est un devoir de satisfaire ces besoins, un devoir et une nécessité impérieuse. Sur La Voie, il y a sept étapes avant de commencer à accomplir la raison spirituelle de vivre. Ces étapes sont :

 

 

1/La satisfaction des besoins physiologiques, manger,

boire, dormir, respirer.

 

 

La première de ces étapes peut s’illustrer par ce dicton : « Ventre affamé n’a point d’oreille ». En Inde, on dit que l’on ne peut parler de Dieu à un ventre vide. Le corps physique a des besoins vitaux qui empêchent son occupant de s’occuper d’autre chose tant qu’ils ne sont pas satisfaits. Cette étape est entièrement vouée à la satisfaction de ces besoins vitaux, physiologiques comme de boire et de manger.

 

 

Une part importante de la population mondiale (plus ou moins vingt pour-cent) est, chaque jour, entièrement occupée à trouver la nourriture nécessaire à sa survie. Près d’un milliard de personnes sont privées d’eau potable et passent leur temps à en chercher. Si vous ne buvez pas durant trois jours, vous mourrez. La première de ces sept étapes est celle qui consiste à chercher à manger et à boire pour simplement vivre et ces centaines de millions d’êtres humains ne se préoccupent pas de spiritualité.

 

 

 

2/La satisfaction du besoin de sécurité du corps, d'emploi,

de santé, de propriété.

 

 

 

Quand l’homme est parvenu à la satisfaction de ses besoins physiologiques, il peut passer à l’étape deux et se préoccuper de sa sécurité physique, simplement de ne pas se faire tuer, de survivre aux guerres, aux catastrophes naturelles et à la malveillance d’autres gens. Une part importante de la population est occupée à survivre, à ne pas se faire tuer. Il y a sur les routes des foules entières qui s’en vont de chez elles pour se réfugier en des endroits où les bombes ne tombent pas, ni les munitions de kalachnikovs, ni les gaz mortels. Souvent, quand elles parviennent à un tel endroit la faim, la soif et la maladie sont là pour les accueillir ou elles ne sont pas les bienvenues.

 

 

Dans nos sociétés modernes, où la paix des armes règne en général, l’Homme cherche à trouver et à garder un travail. Le chômage grandissant, le sentiment d’insécurité grandit, grandit et grandit encore. Combien de vies une âme passe-t-elle à cette deuxième étape où l’être cherche à satisfaire son besoin de sécurité, avant de pouvoir passer à l’étape trois ?

 

 

 

3/La satisfaction du besoin d’appartenance et affectif,

amour, amitié, intimité, famille.

 

 

 

La troisième étape est l’appartenance, quand l’être humain, ayant satisfait à ses besoins d’eau, de nourriture et de sécurité cherche à satisfaire son besoin d’appartenance. Il est grégaire et désire appartenir à une communauté. Cette communauté peut-être un pays, ce peut être aussi une région, un département, une citée, un club sportif, une entreprise et une famille. Ce peut être aussi une ethnie, une religion, un parti politique, etc.

 

 

L’être humain cherche l’affection d’une tierce personne, à faire, avec elle, un couple et fonder une famille. Avec la fin du sens des responsabilités et la mise au pinacle de l’individu, le couple et donc la famille, sont de moins en moins sûrs et cette étape du besoin d’appartenance et d’amour est de plus en plus difficile à passer. Alors comment passer à l’étape quatre ?

 

 

 

4/La recherche d’estime, confiance, respect,

estime personnelle.

 

 

 

Maintenant l’être humain peut passer à l’estime, ce qui n’est pas aisé d’avoir de l’estime de soi et que les autres nous respectent, dans cette société où réussir est devenu si difficile. Il faut être beau, intelligent, en bonne santé, diplômé, avoir un travail, s’assumer, être performant, cool, masculin et féminin, ou le contraire en même temps, bon père, bonne mère, bon époux et amant, épouse et maîtresse en même temps, etc. Dès la petite enfance, on fait bachoter nos chères têtes blondes et on les pousse à l’excellence sous peine de ne pas avoir une existence facile. Pour le coup, c’est la sécurité affective qui s’en voit négativement impactée. Sans parvenir à cette estime, comment passer à l’étape cinq ?

 

 

 

5/Satisfaction du besoin d’accomplissement personnel, morale, créativité, résolution des problèmes.

 

 

 

Cette étape est indispensable. Chaque être humain vise à s’accomplir, chacun ayant des ambitions personnelles. C’est à ce stade que la personne peut rester sur un plan illusoire, mondain auquel appartiennent les quatre stades précédents ou bifurquer, évoluer vers les étapes qui appartiennent à la spiritualité, avec cette étape du chercheur.

 

 

Au stade cinq : certains, la majorité, travailleront toute leurs vies à parvenir à une situation professionnelle, financière, politique élevées, influentes et d’autres à simplement résoudre leurs problèmes au quotidien, leurs fins de mois difficiles. D’autres, rares, bifurqueront et chercheront leur accomplissement personnel dans d’autres domaines que le matérialisme, ceux-là parviendront au stade six.

 

 

 

6/La recherche spirituelle

 

 

 

Cette recherche peut durer très très longtemps, et même n’avoir pas de fin, car il existe des gens qui sont chercheurs de vérité à vie. Ils collectionnent les connaissances livresques à propos de la spiritualité, en deviennent des exégètes, comme les pharisiens l’étaient à l’époque de Jésus. Ils collectionnent les concepts, les mots et sont bien installés. Ils sont comme certains peintres qui n’arrivent pas à terminer un tableau. Jamais ils se diront : « J'ai trouvé, je cesse de chercher ».

 

 

D’autres chercheurs, quand ils rencontrent une parole vraie, la reconnaissent et désirent creuser plus profondément. Ceux-là oublient leurs concepts amassés, pour se consacrer à cette nouvelle piste, qui s’ouvre à eux. La différence entre le premier type, majoritaire, de chercheur et le deuxième est que l’un est attaché à ses concepts, tandis que l’autre ne l’est pas, ce qui est un bon début sur une voie spirituelle authentique. Qu’est-ce qu’une voie spirituelle authentique ? C’est une voie où la vanité, l’attachement sont soumis à rude épreuve.

 

 

 

La Voie

 

 

 

Ce n’est pas forcément très étonnant que pour La Voie la dernière étape, la septième, soit La Voie, c’est-à-dire la Révélation puis l’Observance de l’agya, ce qui est un autre sujet. Les mots en couleur, vous le savez peut-être, sont des liens qui mènent à des textes explicatifs.

 

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Avec un smartphone ou certaines tablettes, ce blog est moins confortable. Si vous le pouvez, visitez-le à partir d'un ordinateur.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #besoin, #maslow, #méditation, #bonheur, #yoga
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :