Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Courir après le bonheur, certains y ont renoncé, confrontés à la dureté des temps et n’espèrent plus qu’en moins de souffrances, qu’à s’en sortir sans y laisser trop de plumes et pourtant… le bonheur est encore un bien beau rêve !

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

Le blog où se trouvent les satsang est ici

 

 

 

 

 

 

 

 

Courir après le bonheur, certains y ont renoncé, confrontés à la dureté des temps et n’espèrent plus qu’en moins de souffrances, qu’à s’en sortir sans y laisser trop de plumes et pourtant… le bonheur est encore un bien beau rêve ! Le bonheur des uns fera le malheur des autres alors, qu’est-ce que le bonheur, est-il même un but qui mérite qu’on se mette en route pour l’atteindre ? Existe-t-il seulement ? Parce que s’il n’existe pas quel intérêt y aurait-il de l’espérer  ?

 

 

Je sais une chose qui existe, une chose qui vaut autant que le bonheur et que tout le monde pourrait atteindre, simplement en sachant qu’elle existe. Je ne vais pas vous dire de mots indiens, mystiques issus du yoga spirituel ancien, ni même de La Voie où je vais et que j’enseigne… non, je vais vous parler simplement d’une vérité simple, universelle : l’harmonie.

 

 

 

L’harmonie

 

 

 

L’harmonie est comme la musique jouée par un grand orchestre dont le chef serait Dieu (ou quel que soit le nom qu’il vous plaira de lui donner : Tao, L’Un), elle est la bande son de la vie universelle. La vie universelle est aussi la vôtre. Vous faites partie de l’univers et cette musique, vous pouvez l’entendre et y jouer votre partie ou non. Elle est jouée à chaque instant, aucune dissonance ne trouble sa perfection, tout marche de concert. Mais elle se joue doucement comme le bruissement d’un vent léger dans les feuilles du peuplier. Si vous faites silence vous l’entendez.

 

 

Dans un milieu propice et silencieux, vous l’entendez, cette harmonie, vous la voyez et la ressentez, alors une grande paix vous remplit. Imaginez un promeneur solitaire assis au pied d’un arbre. Il ne dit rien, ne fait aucun bruit et regarde, écoute les alentours… l’harmonie lui saute, évidente, à l’esprit. Il constate la perfection de tout ce qui vit quand aucun moteur, aucune foule, aucun cri, aucune bombe ne vient la briser.

 

 

L’harmonie est toujours là, présente, même au milieu d’une grande ville, dans le boucan de la circulation automobile et l’agitation de foules sans visage, mais vous ne l’entendez plus, vous ne la voyez plus. Imaginez : vous écoutez une musique douce sur votre smartphone, sans écouteurs et une fanfare de cuivres passe près de vous ; vous n’entendez plus la musique douce de votre appareil, pourtant elle continue d’être jouée.

 

 

Imaginez un promeneur écoutant, au casque, sa musique préférée… il n’entendra pas l’harmonie où il va. L’harmonie est partout tout le temps. Dès que vous faites silence, qu’humblement vous restez observateur attentif elle vous apparaît souveraine. Alors elle fait écho avec l’harmonie qu’il y a en dedans de vous. L’harmonie du dehors favorise l’émergence de la conscience de l’harmonie qu'il y a en votre dedans et vice-versa.

 

 

Il est plus facile d’être en paix dans un milieu paisible. Choisissez, si vous le pouvez, quelle existence vous voulez vivre. Quand vous faites partie de l’harmonie du monde, vous ressentez un accomplissement vous envahir, vous remplir et prendre toute la place… c’est le bonheur. Je vais méditant sur l’harmonie qui est en dedans de moi, comme elle l’est en chaque être et je reconnais la même harmonie au dehors, quand je fais silence et que je m’écarte un peu des routes fréquentées. Je peux méditer sur l’harmonie de mon dedans simplement parce que j’ai appris à le faire, ça ne s’invente pas ! Il y a des techniques pour le faire. Quand le dehors est en harmonie avec le dedans, c'est le bonheur… Le vrai. L’harmonie porte un nom, sur La Voie, elle est le « Saint-Nom » ou « Verbe », ailleurs on lui dira « Vertu du Tao » ou « souffle vital ».

 

 

« Dans les temps passés, les Hommes suivaient l'harmonie, puis l'harmonie fut oubliée. Les Hommes et leur justice devinrent les maîtres. Ce fut le temps de l'intelligence, de l'habilité et les désirs ne connurent plus de limites. » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, extrait de 1.18)

 

 

« Celui qui se tait connaît l’harmonie. Un vent rapide ne dure pas ; une pluie violente ne dure pas. Qui est-ce qui produit ces deux choses ? Le ciel et la terre. Si le ciel et la terre ne font rien d’éternel, comment l’homme le pourrait-il ? » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, extrait de 1.23)

 

 

« Connaître l'harmonie, c'est connaître le Tout et sa lumière. » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, extrait de 2.55)

 

 

« La vérité absolue constitue le but des pratiques dévotionnelles faites en conscience du Saint-Nom, en harmonie avec l'Absolu, la Personne-Suprême. » (Bhagavad-Gîtâ chapitre 17, verset 26/27 et « Le chant de l'éveillé » 15 : 24/25)

 

 

Quand on sait comment faire et qu’on le fait on se rend vite compte que l’univers, tout au moins le monde que l’on peut voir, fonctionne dans une parfaite harmonie, même s’il ne fait pas toujours beau ! (sic). Avec un esprit ouvert, une conscience connectée, à l’intérieur de soi, au point commun de toutes choses, on reconnaît sa marque et on veut se taire pour se fondre dans cette harmonie, en faire partie.

 

 

L’harmonie du dehors, de ce beau paysage, de cette belle lumière du coucher de soleil dialogue avec l’harmonie qui est en dedans de nous et les deux s’unissent pour faire une béatitude parfaite. On peut être en harmonie grâce à celle du dehors, mais quand on sait la trouver en soi et qu’elle vient retrouver celle du dehors, alors ça devient une harmonie au carré ! C’est ça, La Voie.

 

 

 

 

 

e.mail de contact : lavoie.eu@gmail.com

Le blog des satsang

 

Tag(s) : #harmonie, #spiritualité, #lavoie, #bonheur, #méditation
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :